Tisser du filés main

IMGP0740

Si l’année dernière j’ai succombé à l’appel du métier Dynamique de Majacraft, mon anniversaire m’a permis l’acquisition de deux nouveaux métiers à tisser.

Tout d’abord, le Cricket de Schacht. Cousin du Dynamique, il possède cette particularité sur son peigne de pouvoir assembler des segments différents. Ce qui permet de monter une chaine avec des fils de tailles différentes là où un métier classique exigera qu’ils soient tous identiques.

Le petit modèle permet de travailler sur des largeurs de 25 centimètres maximum et c’est amplement suffisant pour moi. Sa légèreté et son côté Je-t’-emmène-partout était ce que je recherchais et je ne suis pas déçue.  D’un beau bois brut, j’ai pris le temps de le vernir en chêne foncé ce qui lui donne vraiment une classe folle.

Vous l’aurez compris, je suis totalement sous son charme. Le déplacement du peigne est confortable, bien plus que sur le métier Kromski, et il a vraiment tous les accessoires nécessaires pour un budget minimum. Pour celles qui manquent de place, de sous et qui veulent tisser partout, je vous le recommande vivement.

En sa compagnie, je me suis donc déjà attelée à deux projets.

Le premier est une écharpe-foulard que j’ai réalisé avec les nappes Eco-print d’Ambre Nid de Vigogne, une nappe folle et vintage de Domino et un fil blanc et or que j’avais réalisé pour les compléter. Je vous avais déjà parlé de cet ensemble dans un article précédent.

Plus je tisse et plus je réalise que j’aime les tissages souples et aérés, j’apprends donc à moins tasser, à laisser mes fils respirer et exister indépendamment les uns des autres.

IMGP0741

IMGP0739

J’ai ajouté un fil suri-merinos et un alpaga-merinos pour accentuer cet effet « respiration » et donner une allure estivale à cette écharpe. Je suis assez satisfaite du résultat et comme il me reste de la laine, j’ai commencé un châle au tricot dans cette inspiration aussi.  Cela m’a vraiment donné envie de travailler en amont mes fils avec des teintes natures, des coquillages, des plumes… Bref des morceaux de monde et de vie.

Pour le second projet, je suis partie de plusieurs fils dans des teintes vert-ambre. Les nids de fées de Claire des Bruyères, une nappe cardée et teinte et une mèche vipérine qui m’a demandé à ne pas finir dans la boutique mais à sauter directement sur mon rouet pour clôturer ce beau projet !

IMGP0738

L’idée était de monter une chaine avec les fils les plus épais et de tisser uniquement la trame avec le célibataire que j’avais filé aussi fin que possible. Le tissage s’est avéré vraiment très agréable et j’aime de plus en plus travailler avec uniquement des filés mains. Il y a une osmose qui semble se faire que je ne trouve pas quand je travaille avec les fils du commerce.  Je me suis même laissée à rêver de mêler la couture au tissage pour créer quelque chose de fin, s’approchant de la dentelle et créer des rideaux… C’est en réflexion.

IMGP0750

IMGP0753

IMGP0751

Après l’avoir bloqué, les fils se sont vraiment bien resserré, ce qui me poussera à aérer encore davantage pour les prochains. Mais pour l’harmonie des couleurs, c’est bel et bien ce que j’avais à l’esprit.

Ma dernière idée a été de me lancer dans le tissage Tri-Loom. C’est à dire tisser des châles sur un métier de forme triangulaire. On ne trouve pas ce matériel en France et je ne suis définitivement pas assez bricoleuse pour me lancer dans sa construction. Je me suis donc tournée vers un véritable artisan que de nombreuses fileuses connaissent puisqu’il s’agit de Fabrice Rodier, papa du rouet français : Tanguy.

Quel bonheur d’avoir eu son accord pour ce projet un peu fou et d’avoir reçu quelques semaines plus tard, une petite merveille décorée de papillons.

IMGP0745

Sur cette photo, il est à sa dimension maximum mais j’ai la possibilité de réaliser des ouvrages en quatre tailles différentes, simplement en déplaçant les vis sur le rail métallique.

IMGP0748

Actuellement, je n’ai pas la place et mon état ne permet pas de me lancer dans un tissage de cette ampleur. Mais ce n’est que partie remise et cela me permettra aussi de proposer un tutoriel car je ne trouve hélas rien en français. Or, le tissage triangulaire ne se fait pas du tout de la même manière qu’un tissage classique. Pour les plus curieuses voici un article assez bien fait.

Là encore, les tissages sont forcément souples, aériens, de par l’espace des clous. Il me tarde de réaliser tout ce que j’ai à l’esprit avec un tel outil…

 

Publicités

2 commentaires sur “Tisser du filés main

Ajouter un commentaire

  1. J’attendais ton article avec impatience car j’avais vu ce métier triangulaire sur FB je crois et cela m’intriguait…
    Tes tissages sont magnifiques ! J’ai du mal à mettre mes filés main en trame car il faut beaucoup couper et ça me fend toujours le coeur. ..
    Mêler tissage et couture j’y songe aussi. …..
    Bon je guetterai tes tissages de châles dans quelques temps. …dans ta nouvelle maison et avec ta pepette ! Bises

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :